Aven du Château - Saint Christol - VAUCLUSE

mercredi 29 avril 2015
par  Cécile, Claude
popularité : 12%

En cette deuxième journée de spéléo dans le Vaucluse, il est décidé de faire deux équipes et de visiter en parallèle l’Aven Borel et l’Aven du Château. Chaque groupe a comme programme : équiper et visiter, remonter et casser la croute, puis aller visiter le deuxième gouffre et déséquiper ...

Arrivée à Saint-Christol, récupération de la clé d’accès au gîte de l’ASPA et c’est la sympathique gérante qui nous montre l’étonnante entrée. Une équipe se forme : Olivier, Philippe, Claude, Mickael.

Les autres : Cécile, David, Patrick vont à l’Aven Borel, situé à l’extérieur du village. Mais en arrivant à la carrière, il y a déjà du monde qui s’apprête à descendre. Ça commence plutôt mal !

chateau1-3.jpg boucher1.jpg

Découverte de l’entrée ...



boucher.jpg

Il n’y a pas plus court pour la marche d’approche ! L’entrée est dans le coin à droite ...




L’aven du Château est surprenant par sa situation : l’entrée découverte en 1960, fermée par une trappe vitrée, se trouve sur le trottoir en plein cœur du village, à l’angle de la Rue du Château et de la Grand Rue. Également appelé l’Aven du Boucher, il a fait faire des cauchemars à notre trésorier (qui l’a visité dans sa jeunesse ...) et qui nous en a fait une sanguinolente description. Il faut dire que le gouffre a servi un moment de tout-à-l’égout ...



Ici, nous sommes les seuls sur place donc nous commençons à nous équiper. Tout le monde sort son kit et commence à se désaper mais après quelques minutes de vaines recherches, Mickaël doit se rendre à l’évidence : ses affaires ne sont pas dans le camion ... Déchargées la veille au soir par un spéléo très zélé, elles n’ont pas été rechargées.

Mais comme au GSAM, on ne laisse jamais un spéléo dans l’embarra, chacun fouille au fond de son kit et trouve des trésors : Patrick fournira une belle combi (quasi) neuve et Cécile prêtera un descendeur et une burie Teletubbies. Par contre, pour le baudrier et le casque, c’est plus compliqué ... Heureusement que nous sommes à 50 m du gîte de l’ASPA et que le Breton sait y faire ! Il réussira à se faire prêter gracieusement tout ce qui lui manque. Ainsi paré, tout le monde est prêt à descendre !

Pour éviter l’attente, David, Patrick et Cécile décide d’aller faire un petit tour à l’Aven Aubert afin d’en équiper le début. Mais encore pas de bol, une fois sur place, il y a déjà un groupe. Ils en profitent pour faire connaissance avec des spéléos de la Sarthe et échanger nos programmes respectifs afin d’éviter de faire les mêmes cavités en même temps. Après avoir vu le dernier spéléo Sarthois disparaître dans l’Aven Aubert, ils reviennent à l’Aven du Château. Mais sur place, tout le monde est encore dehors en train de se chauffer au soleil ...

boucher1-2.jpg boucher2.jpg

Ouverture du gouffre et départ de l’équipe de tête ...





De vrais lézards qui se chauffent au soleil !

C’est notre secrétaire qui se colle à l’équipement avec une belle vitalité, suivi par Alex.
Mais le temps passe et Alex est toujours au 1er palier. On essaie d’engager la conversation, mais peu d’infos arrivent du fond ...
Passe le temps ...

boucher3.jpg boucher4.jpg

L’attente au premier palier semble un peu longue ...


Finalement, c’est un Olivier muet qui sort dans la précipitation et reprend sa tenue civile.
On croît comprendre que la corde était un peu courte.
Mickael prend la suite et rééquipe depuis l’entrée en économisant de la corde, mais c’est toujours trop court ... Une nouille supplémentaire est envoyée et Mickael voit enfin le fond du puits. La fiche d’équipement est à mettre à jour !
La visite se poursuit sans trop d’histoire, enfin presque... Notre petit nouveau crie beaucoup en passant les nœuds de Mickey. Il faut qu’en Bretagne, un noeud de Mickey, ça se passe par au dessus !

boucher5.jpg boucher6.jpg

Joli équipement par le Breton ...


boucher7.jpg

Descente de Cécile ...


Cécile nous rejoint et Claude attaque la remontée. Mais juste avant de sortir, notre secrétaire est en cours de descente. Comme on ne peut pas se croiser, il est obligé de ressortir à nouveau. C’est ballo ...

La communication entre le fond et l’extérieur devient difficile, entre la remontée de ceux qui veulent sortir et la descente de ceux qui veulent visiter, ça ne sera pas un modèle d’organisation mandubienne ! Notre secrétaire tentera même une troisième descente, mais nul ne sait si elle fut couronnée de succès ... par contre, après chaque tentative il a vidé une bière, et là on en sûrs !


Moralité :

Quand la nouille est trop courte, la sortie pétouille !


Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 12 novembre 2017

Publication

628 Articles
Aucun album photo
1 Brève
Aucun site
17 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
154 hier
294947 depuis le début
10 visiteurs actuellement connectés